Bijoux

enfrit

bijoux
Dans la création de bijoux sardes, trois matières précieuses sont fortement utilisées : l’argent, l’or et le corail.
De ces trois matières recherchées, deux issus de la terre et le dernier de la mer, les orfèvres sardes fabriquent de splendides bijoux, réalisés selon des techniques artisanales de tradition séculaire, parfois enrichis de certaines pierres précieuses ou semi-précieuses.
La production artisanale de bijoux trouve un emploi particulier dans la réalisation et la décoration des costumes traditionnels, avec les boutons, pendentifs et broches ; mais aussi dans le secteur religieux, avec les croix, médailles et rosaires.
L’argent, à qui aujourd’hui on préfère l’or, a été considéré durant des siècles comme le prince des métaux, le plus demandé et présent dans toutes les créations.
Le corail, également connu sous le nom d’or rouge pour sa valeur et sa rareté, se prête particulièrement à la création de bijoux.
Le principal centre de production et travail du corail est Alghero, dont l’or rouge est l’un des symboles.
L’obsidienne n’est réapparue dans l’orfèvrerie que depuis quelques dizaines d’années. Il s’agit d’une pâte d’origine volcanique de couleur foncée, réputée pour son incroyable brillance et particulièrement présente dans la zone du Monte Arci.
Dans le secteur de l’orfèvrerie, elle est principalement utilisée dans la fabrication de pendentifs et autour d’elle circulent de nombreuses légendes à propos de ses propriétés magiques et thérapeutiques et de ses vertus surnaturelles.
En ce qui concerne les techniques de travail, la plus diffuse et élégante est le filigrane, pratiqué en Sardaigne depuis le XIIème siècle. Il consiste en un tressage de deux très fins fils du métal en cours de travail, et donne vie à des objets devenus traditionnels et qui ont depuis toujours une véritable signification symbolique : parmi ceux-ci, les cônes, utilisés dans la création de bagues, boutons de manchettes et broches mais surtout dans celle de la fede sarda (alliance), dont les grains sont signes de prospérité pour la femme.

L’obsidienne du Monte Arci

L’obsidienne du Monte Arci

Dépuis les gisements d’obsidienne du Monte Arci, particulièrement dans le territoire de la commune de Pau, on extrait ce matériel pour en créer des bijoux très simpa, avec des parties en or blanc, jeun ou argent. Un artisan de Pirri (Cagliari) est spécialisé dans la création de pendentifs (…)