Mines

enfrit

MinesLe paysage de la Sardaigne, une terre depuis toujours peuplée de populations intéressées à la richesse de son sous-sol, a largement été modelé par l’industrie minière.
Dans de nombreuses zones de l’île, en particulier dans l’Iglesiente, le Sulcis, l’Argentiera, près d’Arbus ou de Guspini, mais aussi dans de plus petites villes, vous trouverez des témoignages de l’activité minière et de la vie des mineurs.
En 1997, l’Unesco a déclaré le «Parco Geominerario Storico e Ambientale della Sardegna» comme premier Parc du réseau mondial des sites géologiques et géoparcs.
La richesse culturelle que l’on retrouve dans ces lieux, des lieux de vie, des zones d’extraction, des kilomètres de galeries souterraines, des zones industrielles et d’anciennes lignes de chemin de fer, mais surtout les témoignages oraux et écrits de ceux qui y ont travaillé ou vécu, rendent nécessaire et inoubliable cette visite au parc géominier.

Funtana Raminosa, à Gadoni le gisement de cuivre le plus riche

Funtana Raminosa, à Gadoni le gisement de cuivre le plus riche

Funtana Raminosa (Gadoni) a été le gisement de cuivre le plus riche de la Sardaigneentière. Il fut exploité en époque nuragique, puis par les Romains et , avec toute probabilité, par les Sarrasins – ainsi s’explique le nom de la petite fleuve Saraxinus- autour de 700 après J.-C.. Il doit son nom à la présence de minéraux de cuivre dans les eaux du sous-sol. Le site fut fermé à la…

Les buts du Parco Geominerario, en tant que patrimoine de l’Unesco

Les buts du Parco Geominerario, en tant que patrimoine de l’Unesco

Le Parco Geominerario, Storico et Ambientale de la Sardaigne a été constitué il y quelques années, grâce à un protocol d’entente entre la Regione Autonoma de la Sardaigne et l’E.M.SA. (Organisme Minéraire de la Sardaigne) au parcours très tourmenté. Le Parco Geominerario, en 1998 a obtenu une réconnaissance par l’Unesco sous le profil environnemental historique-culturel et scientifique. Les mines désaffectées constituent un patrimoine de rare beauté et une calamite pour…

Quand l’Argentiera charma et leurra Honorè de Balzac

Quand l’Argentiera charma et leurra Honorè de Balzac

On croit fortément que le gisèment d’argent d’où le site de l’Argentiera (Sassari) a tiré son nom, attirit plusieurs civilisations. En époque Giudicale, apparut le prémier témoignage écrit de l’exploitation de la mine. En 1131 la Giudicato di Torres, donat la concession minière à Santa Maria di Pisa. On a trouvé plusieurs témoignages pendant les fouilles. La mine de l’Argentiera, qui forme un quadrilatère avec les villes de Alghero, Porto…