Sassari

enfrit

Sassari en Sardaigne
Capitale du Nord-Ouest de la Sardaigne, Sassari est une ville aux rues et places élégantes et aussi aux palais raffinés.
Il est très intéressant de se perdre dans les petites rues du centre historique qui portent à la Cathédrale de San Nicola, richement décorée, et à l’intérieur desquelles vous pourrez faire une petite pause gourmande et gouter la «fain è», une tourte salée à base de farine de pois chiche importée des Génois. C’est une ville qui frappe ses visiteurs pour sa vivacité, surtout à l’occasion des deux principaux événements organisés par la ville et qui attirent de nombreux curieux.
La première est la Festa dei Candelieri, le 14 aout, durant laquelle 9 énormes cierges en bois sont portés en procession en l’honneur de l’Assomption de Marie. La deuxième est la célèbre Cavalcata, le dernier dimanche de mai à l’occasion de l’Ascension, durant laquelle d’habiles cavaliers offrent à leur public d’incroyables exhibitions à cheval.

En 1323 Sassari fut offerte au roi d’Aragon

En 1323 Sassari fut offerte au roi d’Aragon

Il parti ghibellino clignait tôt l’œil à Giacomo II, roi d’Aragona (qui, en 1297, obtint le titre de roi de Sardaigne par le pope Bonifacio VIII). En 1323 la ville fut donnée au roi d’Aragona. Presque au même temps les trouppes de Sassari partirent à (…)

Sassari, une ville historique

Sassari, une ville historique

Il arrive souvent en Sardaigne, que la première fois que le nom de Sassari est apparu dans un document officiel a été dans un régistre curial: dans una cte du 1131, trouvé dans l’ancien monastère de San Pietro di Silki, on parlait de “Jordi de Sassaro”. A l’église consacrée à “Sancti Nicolai de Tathari”, par contre on se réfère dans un autre document qui remonte au 1135: voilà, Tathari, comment les habitants l’appellent en langue sarde. (…)

Les Statuts des communes

Les Statuts des communes

En 1294 Sassari avait ses Statuts, en langue latine et successivement traduits en langue lugudorese. Mais Gênes avait aussi le droit de vigiler en envoyant tout les années un podestat qui controlait et présidait le Conseil “majeur” de la ville(composé par 100 “juratos”). Chaqu’un des 4 quartiers votait 4 représentants (…)