Pain

enfrit


Sur les tables des sardes, le pain n’est pas qu’un simple accompagnement, mais plutôt le véritable protagoniste.
Dans le passé, la récolte du blé et la préparation du pain, symboles du difficile travail dans les champs et des sacrifices quotidiens, représentaient une véritable fête.
En Sardaigne, on fabrique de nombreux types de pain, très différents d’une zone à l’autre.
Chaque territoire propose son propre pain caractéristique, lié aux traditions, comme peut l’être un costume traditionnel ou une fête folklorique.
Le pain est toujours au centre des événements les plus importants, et d’ailleurs, il existe des pains créés uniquement à l’occasion d’événements spéciaux comme un mariage, un baptême ou une fête religieuse.

Le pain de Perdaxius, une focaccia croustillante

Le pain de Perdaxius, une focaccia croustillante

Le Pain de Perdaxius: c’est du pain cuit au four (fougasse) crustillant et très savoureuse. Sa surface est couverte par un voile de farine. Elle tire son nom du village qui se trouve entre Narcao et Carbonia. A ne pas confondre avec “su civraxiu”. Pendant les dernières années on a vu une hausse dans la production grâce à la distribution dans des magasins d’halimentation de Cagliariet des alentours. (…)

Su coccoi, l’art s’invite à table

Su coccoi, l’art s’invite à table

Coccoi: pain traditionnel fait avec de la farine de blé dur. Dans la région de Oristano on l’appelle “pan’e scetti”. On peut le préparer avec de la sénule (pan’e simbula). Autrefois il était consommé pendant les fêtes et le pain avait des formes particulières: des véritables bijoux. (…)

Le “pistoccu”, le pain croustillant des bergers

Le “pistoccu”, le pain croustillant des bergers

Pistoccu: autrefois les bergers le préparaient avec de la son ou de la farine d’orge de la quelle ils obténaient un pain qui se préservait pendant longuetemps comme ils ne pouvaient rentrer chex eux très souvent. Aujourd’hui on utilise de la farine ou de la semoule. (…)